Morgane Groupe - Organigramme / Organisation chart
  • parapluiescherbourg-pic.jpg
  • Les parapluies de Cherbourg au Théâtre du Châtelet

    Création mondiale pour orchestre symphonique et 6 voix avec entre autres Nathalie Dessay.

Les parapluies de Cherbourg

Cherbourg, 1957. Mme Emery et sa fille Geneviève tiennent une boutique appelée " Les Parapluies de Cherbourg ". Geneviève est amoureuse de Guy, mécanicien dans un garage, élevé par sa vieille tante Elise. Sa mère désapprouve cette relation, et veut la marier à Roland Cassard, hommes d'affaires travaillant dans les pierres précieuses. Guy doit partir en Algérie et les deux amoureux doivent se quitter. Enceinte, Geneviève finit par épouser le diamantaire, sous la pression de sa mère. Ils quittent Cherbourg. En 1959, Guy est blessé et démobilisé. Il est désemparé par la trahison de Geneviève et se rapproche de Madeleine avec qui il se marie et a un fils. Ils achètent une station service. La veille de Noël 1963, Geneviève est de passage à Cherbourg avec sa fille Françoise (enfant de Guy) et s'arrête par hasard à la station service de Guy.

Les parapluies de Cherbourg l'enchantement du désenchantement... par Vincent Vittoz (metteur en scène)

Ce ne sont pas "Les Parapluies de Cherbourg" en tant que drame que j'imagine représenter (même si nous ne pouvons faire l'impasse sur la guerre d'Algérie et ses répercussions sur le devenir amoureux de nos deux héros et bien évidemment incarner les savoureux personnages imaginés par Jacques Demy), mais l'imaginaire musical, l'évocation des marques émotionnelles qui se sont gravées en chacun de nous au sujet de cette partition et de ce film quasi mythique. L'inspiration de Michel Legrand et de Jacques Demy pour ce film fut les comédies musicales américaines mais ces deux créateurs ont fait mieux que leurs illustres aînés, ils ont osés créer une film " en chanté " (et une comédie musicale) que leurs impressionnants modèles n'ont su imaginer. On peu presque affirmer qu'avec ce film les deux auteurs furent des précurseurs d'un nouveau genre de " musical ". Un film entièrement chanté ce qui dans le domaine de la comédie musicale est, à ma connaissance, une première (même dans le Carmen Jones d'Otto Preminger adapté de l'opéra de Bizet et Porgy and Bess de Gershwin créé sur Broadway de courts dialogues parlés étaient employés).

Pour ces représentations au Châtelet, Jean-Luc Choplin m'a offert le choix de mettre l'orchestre soit dans la fosse soit sur scène. Le fait de mettre les musiciens sur la scène et la représentation scénique au devant de cet orchestre m'a paru évident. C'est avant tout cette partition qui sera la source d'inspiration du spectacle de ce soir conçu comme un concert mis en scène. Ainsi nous serons au plus prés de l'énergie et de la force émotionnelle de cette harmonie miraculeuse existantes entre le texte de Jacques Demy si juste, si universel dans son évidence et les inoubliables mélodies et orchestrations de Michel Legrand, développant un lyrisme transfigurant cette simplicité et flirtant ainsi avec le vérisme et le naturalisme (tel Puccini avec la Bohème ou Charpentier avec Louise) et bien sur dans une plus grande intimité avec les personnages et leurs bouleversements.

Ne voulant pas faire référence au visuel si singulier du film et des décors parfaits de Bernard Evin, j'ai toutefois voulu rester fidèle, toutes proportions gardées, au style de Jacques Demy et conserver une certaine distance dramaturgique, visuelle et stylistique avec la noirceur du drame des Parapluies de Cherbourg, merveilleuse distanciation qui est la marque si particulière du cinéaste. J'ai donc pensé pour les éléments décoratifs au merveilleux Jean-Jacques Sempé (ignorant alors la grande complicité existante entre le dessinateur et Michel Legrand). Sempé, le dessinateur de l'illusion et de sa désillusion, le représentant de toute la grandeur de la limite humaine, le créateur d'un monde où les rêves de l'homme ont encore leur place mais hélas rarement leur réalisation, la fragilité de l'instant inscrit dans l'éternité, la gentillesse masquant la cruauté des émotions, et l'humour gracieux sous chacun de ses traits me semblait parfait pour souligner l'univers des "Parapluies de Cherbourg".

Il en sera de même avec la direction d'acteur afin de tenter de ne jamais tomber dans un pathos premier degré et d'offrir au drame de ces profondes fêlures humaine toute l'élégance et le charme de l'univers de Demy-Legrand.

Livret: Jacques Demy
Mise en espace: Vincent Vittoz
Décors: Jean-Jacques Sempé
Costumes: Vanessa Seward

Distribution
Geneviève Emery : Marie Oppert
Guy Foucher : Vincent Niclo
Madame Emery : Natalie Dessay
Roland Cassard : Laurent Naouri
Madeleine : Louise Leterme
Tante Elise : Jasmine Roy

Détails

Liens

Se connecter en tant que professionnel

Si vous ne possédez pas d’identifiants, veuillez nous contacter. Nous vous créerons un compte professionnel.

Se connecter

Vous êtes maintenant identifié en tant que professionnel

Le nom d’utilisateur ou mot de passe est erroné

Newsletter

Restez informé(e) de nos dernières actualités et productions.

— Envoyer

Vous avez bien été abonné(e) à notre newsletter

Nous n’avons pas pu vous abonner à notre newsletter